top of page
  • Photo du rédacteurbenjaminvincentdarragon

La face cachée du citron: la peur.

Dernière mise à jour : 21 avr. 2023

Depuis septembre je respecte mon objectif de publier 1 article par mois.


L'idée est de me faire connaître et d'améliorer mon référencement.

C'est tout.


Mais ce travail d'écrire m'apprends des choses.


Lundi dernier j'ai publié un article qui ne me ressemble pas.


J'ai voulu partager un sujet que je trouve intéressant, dont je parle en cabinet et que je crois utile de connaître.

Mais je l'ai écris d'une façon qui n'est pas moi, et ça m'a fait réfléchir.



J'écris par devoir. Sans grande conviction, sans satisfaction autre que celle du devoir accompli.

La satisfaction tout de même d'avoir réussi à prendre le risque de me montrer, de me mettre en avant par le fait d'oser écrire et publier. C'était un premier pas. J'ai réalise vendredi que j'y étais faux, dissonant. J'avais peur de me montrer et je me cachais derrière des banalités, des trucs déjà dits, déjà faits, juste ré-écrits à ma sauce. Bien planqué derrière des citations, des concepts, un style prof qui me permettait de garder de la distance.

tu te caches comme un âne parce que tu penses que c'est pas bien et que tu veux pas montrer ce qu'on voit en 1s sur ta photo

Laurent Bertin

J'avais tout simplement peur. "Peur de montrer ce que tout le monde voit en 1 seconde" sur ma photo.

Alors j'ai eu ce déclic et pour être honnête, il n'est pas venu tout seul.

J'ai parlé avec une personne qui est un mentor pour moi. Pas un conjoint ou un ami qui aurait été empêtré dans une bienveillance doucereuse, inefficace voire néfaste. Non, j'ai sollicité une voix en laquelle j'avais confiance, dont je connaissais la compétence, l'authenticité critique, acerbe et franche.

Je ne venais chercher ni un câlin ni réconfort. J'avais besoin de cette bienveillance cinglante et limpide qui me permette de bouger les lignes, de braquer le projecteur sur ces zones d'ombre où il n'est pas si facile de s'aventurer seul. Oui j'aurais aimé une recette simple, un mode d'emploi. Chimères! J'en reviens avec un éclairage, une émotion qui permet de me mettre en mouvement dans une direction différente, une vision élargie, de la profondeur de champs. Un déclic permet de passer de la compréhension intellectuelle de ce que l'on vit à son intégration émotionnelle, physique. Passer de "je sais à je fais", de "je comprends à je ressens". Un déclic pourrait se résumer à ca: Fais, ose, rate. Recommence encore et à nouveau. Il y n'y a pas 100 manières d'évoluer face à une peur. La voir, la reconnaitre, l'accepter, la traverser. Nous cherchons une recette simple? Une maxime à appliquer. En voici une. Seulement elle ne servira à rien tant que vous l'aurez seulement comprise. Alors comment faire pour basculer? Un prochain billet parlera probablement d'une clef qui m'a permis d'accélérer la survenue de cette bascule. Remplir au plus vite le vase de l'insupportabilité.

Contacter Benjamin Darragon, hypnothérapeute à Nice, Paris et Monaco

Téléphone: 06 59 23 93 80




Comments


bottom of page